accueil > Les actions > Actions de terrain > Femmes au pluriel

FEMMES AU PLURIEL
Prendre la parole pour améliorer la vie dans le quartier

Date : 14/11/2008 Région : Grand Est / Thème : Mémoire (transmission de) - Vie locale / Public : Femmes

Sur l'initiative d'un centre social et culturel, ce projet s'inscrit dans une volonté de développer la cohésion sociale sur le quartier de Thionville-Est en favorisant l'expression des femmes. A travers la pratique d'ateliers, il s'agit de créer une dynamique pour que des femmes en situation de difficulté et d'isolement prennent confiance, dépassent le sentiment d'impuissance et s'engagent à devenir elles-mêmes actrices de transformations sociales sur leur quartier.

Historique de la démarche

Implantée depuis 1988 sur le quartier Est de Thionville, dans la cité Barre placée en territoire politique de la ville, l'équipe du centre social et culturel « Le Lierre » a acquis une solide expérience en matière d'accompagnement social. A l'origine du projet « Femmes au pluriel », un autre projet d'envergure « Citoyen d'aujourd'hui, des histoires en partage».Trois années (2003 à 2005) pendant lesquelles permanents et bénévoles du centre travaillent avec des petits groupes de personnes sur le thème des origines, des racines et de l'immigration. Ce faisant, ils ont été amenés à accompagner des personnes très différentes pour la réalisation de portraits vidéo, d'exposition itinérante, de récits de vie et d'autoportraits photographiques.

De ces expériences enrichissantes sont tirées plusieurs constats :

  • Les femmes sont plus sensibles à l'enjeu de transmission de valeur
  • Elles ont besoin d'un fort soutien pour parvenir à cette capacité de transmission ;
  • Elles constituent le socle fort du lien social au niveau familial mais aussi dans les relations de voisinage.

En partant simplement de ces constats, le centre social imagine un nouveau projet pour agir. Le projet « Femmes au pluriel » s'articule autour des questions suivantes :

  • Comment améliorer la vie sociale sur le quartier ?
  • Quels sont les atouts et les potentiels que peuvent développer et mobiliser les habitants pour agir et transformer leur quotidien, pour construire une vie meilleure personnelle et collective, en particulier pour les femmes ?
  • Comment construire et mettre en oeuvre un soutien pertinent pour ce public ?

Les différentes formes de l'action

« Pour moi la vie, c'est parvenir à échanger des moments forts, à dialoguer. » dit Monique, Elles s'appellent Félicie, Florence, Geneviève, Gisèle, Marguerite, Monique, Renée...Elles ont connu des difficultés de toutes sortes : des ruptures, des traumatismes, des manques de confiance en soi ; elles participent à « Femmes au pluriel » avec le soutien des professionnels du centre pour des temps de rencontres et d'activités ; avec rien d'imposé, sinon un peu de chaleur humaine, de l'attention et de la bienveillance.

Le projet mise sur la durée ; comment faire autrement puisqu'il met en oeuvre un véritable processus de transformation des situations personnelles, sociales et culturelles permettant d'aller vers un changement de comportement pour s'ouvrir à l'autre et agir soi-même. C'est là tout l'enjeu de « Femmes au pluriel. »

Sortir de l'isolement, libérer les paroles...

Un important travail s'engage pour accompagner les femmes à sortir de l'isolement. Le respect dû aux participantes commence par leur droit à la parole, comme elles l'entendent, sans censure. Ainsi, support des sentiments intimes, des photographies servent de tremplin pour accueillir les premiers ressentis personnels inhérents à l'environnement et au quotidien de ces femmes. Les paroles se délient. Intenses et intimes, leurs témoignages se susurrent à mi-voix, à demi-mot et survivent à la dureté de douleurs profondes.

Pour les animateurs il s'agit dès lors de prendre appui sur les potentiels enfouis mais réels, de déceler les forces de vie derrière les heurs et les malheurs, de comprendre chacune dans sa singularité, d'accueillir la richesse des paroles exprimées sans à priori, sans jugement et de les valoriser pour que ces femmes se reconstruisent. Il leur revient ensuite le rôle d'animer des groupes pour qu'elles prennent conscience que tout n'est pas noir dans leur regard sur leur vie et leur quartier.

Quant à elles, elles apprennent à mieux se connaître, à accepter leur parole, celle des autres et par heureux contrecoup à mieux les comprendre. C'est à ce prix que des désirs d'engagement, quelle qu'en soit la forme, se produisent.

...pour construire ensemble

En terme de cohésion sociale, l'approche du groupe permet d'amorcer des réflexions sur les sujets sensibles de leur vie quotidienne : droit, logement, famille, traditions, tolérance et finalement d'ouvrir des perspectives d'initiatives collectives par la mise en place d'actions concrètes d'ateliers d'apprentissage, de production, de réflexions et l'organisation d'événements et de soirées conviviales réalisées à l'échelle locale du quartier. Soirées à l'occasion desquelles les séances de réflexions filmées sont projetées sur grand écran à l'intérieur du centre en hiver ou sur la place en été, suscitant le débat. Ce sont aussi d'importants moments de partage de culture culinaire et de convivialité.

Elles apprennent, dans le cadre d'un atelier, à communiquer avec différents publics en vue d'améliorer la vie quotidienne : elles réalisent un dessin animé pour parler avec des enfants de citoyenneté, pour leur faire découvrir de nouveaux visages et réaffirmer avec eux l'unité du groupe en créant un lien entre les générations. Elles agissent ainsi de concert sur les structures sociales et sur les structures psychologiques individuelles.

Un atelier spécifique : le journal

« Femmes au pluriel » c'est aussi l'histoire d'un journal. Thierry Léger insuffle l'énergie de l'aventure dans laquelle elles s'embarquent pour leur plus grande satisfaction : « Le journal nous a aidé au quotidien. Nous avons mûri grâce à sa mise en oeuvre. Il nous a fait réagir sur nous-mêmes. L'écriture de nos témoignages nous a permis de revenir sur des événements enfouis. Nous avons réussi à les assumer et à les dépasser. » L'élaboration du journal annuel est une trace forte. Trois parutions, trois titres significatifs :

  • N° 1 : Miser sur l'humain ;
  • N°2 : S'épauler pour avancer ;
  • N°3 : S'engager dans la cité.

C'est lui qui met en valeur les dynamiques identitaires apportant à chaque participante à la fois un effet miroir positif d'elle même et un retour sur leur engagement en pointant les croissances individuelles et collectives. Penser et fabriquer collectivement le journal aura permis de donner la parole aux femmes dans un double objectif d'intégration sociale et de lutte contre toute forme de discrimination. Il aura surtout permis de stimuler les potentialités, de renforcer la proximité et de soutenir davantage le processus de changement.

Effets et perspectives

Ainsi des femmes et des hommes font socle et en conséquence quelque chose se porte ensemble : résolument au coeur de l'engagement social, la démarche « Femmes au pluriel » réussit à déverrouiller les paroles individuelles, à faire lâcher les liens qui enserrent afin que des projets collectifs s'élaborent et créent des liens qui lient. Ces actions s'inscrivent dans un courant qui ne manque pas de réflexions sociologiques mais s'ancrent profondément sur la vie du quartier avec les habitants du quartier. Et le moins qu'on puisse dire c'est que tout cela ne s'est pas échafaudé d'un claquement de doigt. C'est au contraire pour tous un long travail d'endurance L'implantation du centre «Le Lierre » se réalise vraiment dans des projets à longs termes grâce à des financements réguliers. En outre, la mobilisation associative partenariale met en commun des compétences et des énergies de grande amplitude, facilitée par le soutien financier de Jeunesse et Sport, avec en appui des acteurs relais de terrain facilitant la sensibilisation sur le quartier.

Centre social Le Lierre (Moselle)

2 pl Roland 57100 THIONVILLE 03 82 54 39 97 • contact : Thierry Léger • recueil informations : Nora Boukhelifa •  rédaction : Loraine Melin

réagissez à cette page

Actus
Formations 2017
10/03/2017

Le collectif Paroles Partagées vous propose 2 formations :

1. De la parole à l'action citoyenne : Paroles partagées au cœur de l'éducation populaire.

2. Développer des alliances locales pour favoriser le pouvoir d’agir des habitants, une Formation-action, sur la méthode du community organizing "Cityzen UK".

Résultats du Concours Radio Paroles Partagées 2016
10/05/2016

Le jury du Concours Radio Paroles Partagées 2016 s'est réuni le 13 avril dernier pour désigner, parmi les 41 productions sonores proposées, les 3 lauréats de cette cinquième édition, dont le thème était : "Partager la parole, pour agir et transformer".

>> Voir les résultats

Formation 2016
10/05/2016

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire aux prochaines formations qui auront lieu en juin 2016 sur le thème :

De la parole à l’action citoyenne

Paroles partagées au cœur de l’éducation populaire

>> Lire la suite

Concours Radio 2016
22/01/2016
Informations et documents concernant le prochain Concours Radio 2016. Date limite de dépôts des dossiers DIMANCHE 27 MARS 2016.
Parlement Ephémère Immaginaire International
15/07/2014
Du 3 au 14 septembre 2014, des groupes de jeunes bosniens, allemands, tunisiens, palestiniens et français se retrouvent pour une expérience politique et poétique.
Formation action Paroles Partagées 2014
25/04/2014

1, 2 et 3 juillet et 30, 1er et 2 octobre

La finalité de cette formation action est d’outiller des porteurs de projets associatifs afin qu’ils soient mieux à même de lancer ou faire évoluer des actions qui mettent la parole partagée au coeur du projet.

A l'écoute, une émission consacrée au concours radio !
10/02/2014
Emily Vallat, lauréate de l'édition 2011, reçoit Dominique Garet pour parler de la troisième édition du concours radio organisé par le collectif Paroles Partagées. Retrouvez l'émission de Radio campus Paris.
Débat public : Quel rôle peut jouer le droit dans la mondialisation ?
24/01/2014

 Jeudi 6 février 2014 à 18h à Paris


Lieu : Le Vent se lève, tiers lieu artistique et culturel,
181 avenue Jean-Jaurès à Paris 19ème
(Métro Ourcq)
Débat public avec Mireille Delmas Marty, à partir de son livre" résister, responsabiliser, anticiper" (Le Seuil, 2013)

 
Citation
Soyons les changements que nous voulons voir dans le mondeGandhi
"Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, mais parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles".
Sénèque
 
Actions
LE « BLA- BLA -DEJ »
« Il n'y a pas de gens qui ne s'entendent pas, il y a des gens qui n'ont jamais discuté ! »
22/11/2008
Un quartier se mobilise avec l'équipe du centre social pour développer un espace d'échange et de dialogue. Une fois par mois les habitants du quartier se réunissent autour d'un petit déjeuner pour débattre d'un [...]
 
  • Recherchez
  • ok
PAROLES PARTAGEES | contact@paroles-partagees.org